Foulards

Ce foulard a pour base un dessin réalisé à l'encre et promarkers sur papier (100x70cm). L'inspiration première de cette composition est une peinture de Pieter Brueghel, La Tour de Babel (1563), où cette idée d'élévation architecturale, douce métaphore de l'ambition humaine.

 

L'intérêt de cette création résulte de la confrontation entre la rigueur géométrique de l'architecture et la liberté des ondulations et froissements de la matière. 

Ces illustrations résultent de l'agencement de plusieurs dessins, dans un premier temps réalisés de manière indépendante, composés puis colorés. Ils sont ensuite assemblés entre eux pour donner naissance à cette utopie florale, ou le terme de nature luxuriante prend vie.